NOUVELLE ÂME


C'est comme un poids

Que l'on porte sur le dos.

C'est comme le jour

Ça vous fouette et ne se termine jamais.


C'est comme le vent

qui souffle et ne se calme pas,

ou la marée qui monte et descend

que rien n'arrête.


Est-ce que cette force

domine et ne nous parle pas.

Ce sont les battements

de ce cœur qui ne s'arrête jamais.


C'est le désir qui s'installe

dans les entrailles,

tu ne peux pas le sortir

peu importe où vous allez.


Ce sont les idées qui germent

même si ceux-ci sont mauvais.

C'est cette odeur qui vous pénètre qui ne sort pas,

peu importe combien de fois vous vous lavez.


Il y a quelque chose que nous ne voyons

pas mais qui nous tue.

C'est cette chose qui sans vouloir

jour après jour nous sépare,

comme la lumière qui s'éteint

jusqu'à ce que l'obscurité nous avale.

 

Pour refaire surface

avec une âme renouvelée.



Traduit en français par

Fabrice Blanchard







Compartir este blog

EL MUNDO CAE BAJO MIS PIES



Veo el mundo que cae bajo mis pies.

Todo se derrumba y yo estoy en lo alto,

subido en la copa de los árboles,

protegido del viento y de los tiempos aciagos,

esperando que todo cambie.


Deseando que el mundo se mueva

hacia una era diferente,

en la que todos tengamos cabida.

ALMA RENOVADA



Es como el peso
Que se lleva en las espaldas.
Es como el día
Que te azota y no se acaba.

Es como el viento
Que sopla y no se calma,
O la marea que sube y baja,
Pero que nada la para.

Es esa fuerza
Que domina y no nos habla.
Son los latidos
De ese corazón que nunca paran.

SENTIR QUE VIVES




Me gusta huir de esos lugares
En los que te sientes perdido,
Me gusta apartarme
de los que no me consideran.

Me gusta cuando piensan que no encajo,
Que soy el loco que va a su bola,
Que subo y bajo si razón alguna,
Que las modas ni me van ni me vienen.

VIVRE POUR SE BATTRE


Tu sautes les murs des hors-la-loi

fuis les filous

á la recherche d'un monde meilleur.

Tu montes l'escalier jusqu'à l'infini

sachant que tu ne l'atteindras jamais.


VIVIR PARA LUCHAR


Saltas la muralla de los forajidos
Huyendo de los embaucadores
En busca de un mundo mejor.
Subes la escalera hacia el infinito
Sabiendo que nunca lo alcanzarás.

LA NUIT OÚ JE T’ AI OUBLIÉ


La nuit oú je t'ai oublié,

Je ne pouvais pas dormir.

En regardant dans les souvenirs

D’une vie passée,

J'ai vu arriver l'aube.

Et après tant de reflexión,

Je n'ai rien trouvé

Qui me rappellerai

Une Vie passée.

Deja si loin, que aucun

 souvenirs te nommaient.